Biographie

André MASSON (1896-1987)

Grièvement blessé au Chemin des Dames en 1917, André Masson en gardera toute sa vie une sensibilité exacerbée. Les massacres, le sang, la mort, la violence extrême, la crudité des corps, seront des constantes dans son oeuvre.
Né en 1896, il fait ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Bruxelles (1908-1912). Venu à Paris (1922), il subsiste difficilement, rencontre Max Jacob, Miro. Il rejoint les surréalistes en 1923, devient un proche d’Artaud, de Michel Leiris et d’André Breton. En 1929, il rompt avec Breton et se rapproche de Georges Bataille, publie des illustrations dans les revues «Acéphale» et «La révolution surréaliste». Il part pour l’Espagne où il vit de 1934 à 1937, s’engageant dans la guerre civile contre le Franquisme.
Il collaborera à la revue «Minotaure» à partir de 1937. Masson s’exile aux Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale. Là, il influencera durablement Jackson Pollock avec lequel il s’est lié.
Sa première exposition est organisée en 1928, ce sera le début d’une très longue liste de manifestations qui mèneront son oeuvre à être accroché sur les cimaises des musées du monde entier. Après sa mort (1987), d’importantes rétrospectives seront organisées (Albi, Aix-en-Provence, Paris, Kunstmuseum de Bern, etc.).
Masson commencera son travail par une peinture qualifiée de traditionnelle, il sera plus tard influencé par le fauvisme et Cézanne. Viendra le symbolisme qui s’instaurera résolument dans son art. Il fera des dessins automatiques, des toiles surréalistes, produira un ensemble très important d’oeuvres sur papier (gravure, lithographie, dessin), abordera la sculpture, illustrera les poètes.